Biographie du Gouverneur Général François-Joseph Reste de Roca

 

(Cliquez sur chaque photo pour en voir l'agrandissement et la légende, située sous celui ci. Cliquez sur les liens pour des informations complémentaires)


Une retraite mouvementée


 

La déclaration de guerre, septembre 1939

 

Le 3 septembre 1939, dès la déclaration de guerre, je m’étais mis à la disposition du gouvernement pour tel emploi ou telle mission qu’on voudrait bien me confier.

 

A l’heure où chacun doit, plus que jamais, concourir à la défense nationale, il m’est profondément douloureux de demeurer inactif.

 

10 mai 1940

 

« A dix heures « Met » le chauffeur de Casademon, maire du Perthus, vient me chercher pour me conduire à Perpignan. Il m’apprend que la radio vient d’annoncer l’entrée des Allemands en Hollande, en Belgique, au Luxembourg.  Leurs troupes se sont mises en marche à 3 heures du matin. Mon cœur se serre à la pensée des tueries qui se préparent. L’Allemagne renouvelle les manœuvres de 1914.

 

Les réfugiés espagnols

 

Grand émoi ce matin. A huit heures deux gendarmes viennent me dire que d’après les ordres reçus du préfet et du Général L… commandant les troupes de Perpignan, tous les réfugiés espagnols travaillant dans les fermes de la frontière doivent rejoindre, demain à douze heures le Perthus où ils seront dirigés dans un camp de concentration.

Nous décidons avec Charles Angry, adjoint au maire du Perthus, d’aller à Perpignan voir le Préfet.

Je lui expose la situation : nous n’avons pas d’autres travailleurs que ces réfugiés,

Ils ont quitté l’Espagne pour se soustraire à Franco.
Le préfet consent à prendre en considération le problème posé.

 

Perpignan, siège du gouvernement ?

 

Je me rends  à Perpignan. Une rumeur circule : le gouvernement viendrait se réfugier dans cette ville.

Je vais aussitôt aux informations. Au Grand Hôtel le gérant me dit qu’en effet, on a réquisitionné son établissement ainsi que quatre autres, pour le gouvernement. La Préfecture serait laissée à la disposition du Président de la République. Celui-ci et les ministres doivent arriver en soirée. La foule, avertie, monte la garde devant le Grand Hôtel. Les gens ne sont pas résignés : la décision du gouvernement de signer un armistice n’est approuvée de personne.

En revenant au Perthus, j’apprends que le duc et la duchesse de Windsor ont passé la frontière se rendant à Lisbonne. Leur convoi comprenait 14 voitures. Le duc aurait déclaré aux personnes présentes : « Je reviendrai bientôt en France. Ayez confiance » 

 

De Gaulle est destitué !

 

24 juin 1940 : sur proposition du général Weygand le général de Gaulle est destitué. Quelle ignominie ! Une belle figure, ce général que je ne connais pas.

Ces messieurs de Vichy poursuivent leur œuvre

Loi concernant les juifs de France qui n’auront plus accès à aucune fonction de l’Etat.

Loi concernant les juifs d’Algérie à qui on retire la qualité de citoyen français dont ils jouissaient depuis 1870

On se croirait revenu au temps de la révocation de l’édit de Nantes !

 

25 octobre 1940 : le statut des juifs

 

On vient de publier le statut des juifs : une ignominie de plus…qu’on frappe d’ostracisme  toute une catégorie de la population…ceci après le XVIIIème siècle, Voltaire, Diderot, Montesquieu, Rousseau, après la Révolution, c’est vraiment une honte !

 

 

Un grand avion est passé

 

Dans la nuit un grand avion est passé au-dessus des montagnes des Albères, comme un météore chargé de feu. Dans l’obscurité il paraissait tel un messager de l’apocalypse, vision glacée d’un monde nouveau.

Pour me réconforter j’ai repris la lecture de Michelet, du premier volume de son histoire de la Renaissance. J’ai senti renaître en moi cette confiance dans l’avenir. Que subsistera-t-il, dans quelques années, de toute cette agitation, de toutes ces haines cumulées, de l’ambition de ces hommes, de leur domination ?

Nous goûtons le charme magnifique d’une journée d’automne. Un vent tiède venant d’Espagne fait voler les feuilles jaunies. Je suis allé en un point où la vue s’étend sur toute la plaine du Vallespir. Vision de la permanence de la nature, de la vie au milieu de la tempête.

 

 

 


 

                        Haut de page