L'Albère

L'ALBERA

 

 

 


Saint Martin des Albères

Chasse aux trabucayres

page4

   

méritent autant de récompenses. A eux tous éloges.

Les prisonniers enchaînés ont été couchés, plus loin, sur un tapis de feuilles de hêtre, en attendant midi, l'heure du rendez vous.

Fouillés on leur a trouvé des papiers et des pistolets. Un des voleurs celui qui avait essayé de se sauver portait un portefeuilles renfermant une lettre que le pauvre séquestré adressait à sa femme, le suppliant en grâce de vendre et de se procurer l'argent qu'on lui demandait. Nous n'avons pas décachetée cette lettre par prudence par respect. Nous avons eu tord car le contenu nous aurait appris que nos prisonniers étaient les vrais coupables et nous aurait fait découvrir bien des choses relativement à la bande. La peur les aurait empêché d'inventer et nous aurions su ce qu'on n'apprendra peut être jamais ou trop tard.

Les voleurs portent les noms suivant : Cassedessail de Vilasacra, surnommé le Castillet ; José Ferrer d'Artes près Barcelone.

            Après midi nous avons été de l'autre côté de la frontière voir les somatens Espagnols qui gardaient aussi les défilés, et nous leur avons fait part de notre capture. Ils nous ont aussi fait savoir qu'ils avaient pris, eux aussi, le troisième individu, celui qui devait porter la somme par la fontaine de Barnède au col Fourcat. Après avoir fraternisé avec les Espagnols qui sont venu sur le col Forcat, nous nous sommes séparés à une heure, fiers de notre prise.

A St Martin ainsi que chez Mr Reste on s'est reposé et on est arrivé au Perthus, qu'à cinq heures du soir. Les prisonniers sont à Céret.

Depuis il a été vu d'autres brigands, sur qui il a fallu faire feu, ce qui prouve qu'ils n'ont pas encore disparu et qu'ils ne sont pas loin...

Honneur aux habitants de l'Albère qui ont juré de faire une guerre à mort à ces sauvages là. Pour eux plus de limites, plus de frontière, plus d'égards, gloire à eux qui au premier signal partent comme des véritables lions au combat.

Que les voleurs et les assassins qui pullulent partout, sachent qu'on est organisé pour toujours contre eux.

            Qu'on se garde bien de venir frapper à nos portes, et que les étrangers surtout ne se montrent pas suspect s'ils veulent être respectés.

            Avis aux brigands de partout de la part du signataire

Reste J de l'Albère

       page précédente

 Retour à la page d'histoire