L'Albère

L'ALBERA

 

 

 


Saint Martin des Albères

Chasse aux trabucayres

Page 2

   

surtout contre les désignés qui devaient paraître au col Fourcat, en plein jour, au mépris du public qu'ils ont bravé le matin, en déjeunant au Perthus, Chez Marthe et pour le martyre du malheureux séquestré.

            Ils ont demandé le chemin de la métairie de Mr Reste, j'ignore pourquoi. Mais assurément ce n'est pas sans but. Qu'ils parlent donc.

            C'était un combat à mort qui allait se livrer et rien ne pouvait maîtriser l'élan spontané, mais terrible qu'on allait déployer contre ces êtres féroces de la société.

            Il fallait tenter de s'emparer des voleurs signalés, de toute la bande même, et de les exterminer au besoin pour sauver le séquestré.

A cet effet l'expédition fut organisée sans bruit et l'on partit dans la nuit à la rencontre des brigands, bravant le mauvais temps la pluie et un vent terrible. On ne dissimulait point les dangers qu'on allait courir, mais qu'importe, il fallait le succès à tout prix.

Meurs Reste Jean et Vinyes Auguste fils dont la conduite fut au dessus de tous éloges, dans cette circonstance, firent preuve de beaucoup de bravoure en se mettant à la tête des gendarmes et des douaniers.

C'était pendant la nuit, et en passant, ils frappèrent à ma porte afin d'avoir mon concours. Je fus d'autant plus heureux de répondre à cet appel, que je suis et serait toujours, l'ennemi juré le plus terrible, le plus indomptable que l'on puisse voir, contre les mauvais sujets de toute nature ;

            Et je le suis d'autant plus que j'ai failli être une victime en 1852. Je me suis mis à la tête de quelques intrépides de l'Albères afin de pouvoir renforcer le corps du Perthus et nous nous sommes avancés bien résolus de vaincre ou de mourir.

Nous avions tous des armes de précision. Le révolver Galand en faisait partie. Le choix de nos hommes était bien fait : aussi malgré une nuit affreusement obscure, malgré les accidents de terrain et souvent très escarpé nous pûmes arriver de bonne heure à la crête sur la frontière d'Espagne.

Notre but étant d'arrêter tout ce qui serait suspect, nous décidâmes de faire avant le jour, ce qui était très pénible et surtout

 

        page précédente                 Page suivante

 Retour à la page d'histoire